Activision Blizzard ciblé par un recours collectif de plusieurs investisseurs aux États-Unis

JudgeHype | 24/01/2019 à 15h50 - 28

La firme Rosen Law annonce le dépôt d'un recours collectif contre Activision Blizzard. Celui-ci vise plus particulièrement la période du 2 août 2018 au 10 janvier 2019. La première accuse Bobby Kotick et ses amis d'avoir caché des informations à leurs investisseurs, l'objectif étant d'obtenir des dommages et intérêts en faisant valoir les lois fédérales sur les valeurs mobilières, comprenez par là les titres financiers (actions/obligations).

La firme s'intéresse tout particulièrement à la fin du contrat liant Bungie à Activision et à la perte de l'exploitation de la licence Destiny. Rosen Law estime ainsi que les têtes pensantes d'Activision étaient au courant du départ de Bungie depuis longtemps, et que les investisseurs devaient en être informés. En lieu et place, la société aurait trompé le marché en faisant de fausses déclarations. Lorsque l'information a été rendue publique, l'action a plongé et les investisseurs ont souffert de lourdes pertes.

On notera que deux autres firmes enquêtent également sur la possible existence de pratiques illégales au sein d'Activision Blizzard. C'est le cas de Pomerantz Law et The Schall Law qui estiment que la société a violé certaines règles du Securities Exchange Act, une loi fédérale américaine datant de 1934 régulant les marchés financiers. Tant Rosen Law que Pomerantz Law invitent les investisseurs qui se sentent lésés à les contacter dans les jours et semaines qui viennent. 

À l'heure actuelle, il est bien entendu encore tôt pour imaginer ce qui pourrait bien se passer. Si Class Action il y a, ce sera dans plusieurs mois, le temps pour les investisseurs de se manifester et de monter le dossier. On notera tout de même que les petits porteurs ne sont pas concernés puisque du côté de The Schall Law, il faut les contacter quand les pertes sont estimées à, au moins, 100.000 dollars US.

Les actions collectives comme celles-ci sont monnaie courante outre-atlantique. Certains cabinets d'avocats se sont spécialisés dans ce domaine tandis que certaines entreprises, comme Apple, sont régulièrement prises pour cible. Cela se termine parfois par un accord à l'amiable, avec une transaction entre les plaignants et la société.

28 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site JudgeHype : 117.697.183 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.