Activision Blizzard ne trouve aucune preuve d'inconduite généralisée dans la société

Tout va bien on vous dit
JudgeHype | 17/06/2022 à 10h28 - 23

Dans un rapport publié ce jeudi, Activision Blizzard annonce avoir étudié en détails la situation de l'entreprise au sujet des cas de harcèlement sexuel. Après investigation par des entités indépendantes, Activision Blizzard estime que bien que certains cas soient avérés, il n'existe aucune preuve qu'il s'agisse d'un comportement généralisé, ni que le conseil d'administration aurait fermé les yeux et ignoré intentionnellement l'existence des plusieurs incidents.

Voilà qui va à l'encontre de l'article publié par le Wall Street Journal, lequel accusait Robert Kotick d'avoir fermé les yeux sur certains harcèlements, notamment en faveur de Dan Bunting, co-directeur du studio Treyarch. Ce dernier avait été accusé par une employée de l'avoir harcelée sexuellement en 2017. Le département des ressources humaines d'Activision et d'autres superviseurs auraient lancé une enquête interne en 2019 puis recommandé qu'il soit licencié, mais M. Kotick serait intervenu pour le garder.

Le document fourni à la SEC, le gendarme des marchés financiers américains, est long, mais je vous en propose une traduction française ci-dessous. Activision Blizzard admet que certains harcèlements ont eu lieu et que cela ne devrait jamais arriver. Cependant, l'entreprise indique aussi que rien ne permet de croire que les cas sont plus nombreux que dans les autres sociétés disposant de plus de 25.000 employés.

Le rapport ajoute également que les critiques des médias à l'encontre des dirigeants de l'entreprise sont sans fondement et que bien qu'il existe des cas avérés de harcèlement, rien ne prouve que le harcèlement sexuel, la discrimination ou les représailles aient jamais été un problème systémique chez Activision Blizzard.

Nul doute que ce dossier va faire parler sur le web, que ce soit dans les médias ou chez les employés d'Activision Blizzard, qu'ils soient anciens ou actuels.

Nous vous écrivons pour vous fournir une mise à jour sur le travail que le conseil d'administration et son comité de responsabilité sur le lieu de travail, composé d'administrateurs indépendants, ont effectué en ce qui concerne notre lieu de travail. Les allégations contenues dans les médias et les documents juridiques concernant notre entreprise nous ont bouleversés, tout comme elles l'ont été pour vous tous. Le conseil d'administration a décidé de creuser ces questions directement, d'aller là où les faits nous mènent, et que notre travail serait complété et éclairé par une enquête et une analyse indépendantes menées avec l'aide d'experts externes expérimentés et respectés, possédant une grande expertise en la matière.

Nous nous sommes engagés à partager nos conclusions avec vous ainsi que des mises à jour sur nos progrès pour devenir le lieu de travail modèle auquel nous aspirons tous. La création et la promotion d'un lieu de travail inclusif et accueillant est un processus continu qui doit être une priorité pour chacun d'entre nous chaque jour. Chacun d'entre nous a le devoir de donner le meilleur de lui-même au travail et de créer un environnement où nos collègues se sentent respectés, appréciés et inspirés.

Ce que nous avons réalisé au cours des derniers mois, c'est qu'il existe de nombreuses vérités sur notre entreprise - individuelles et collectives, expérientielles et fondées sur des données - et qu'elles peuvent parfois être difficiles à concilier. Pour toute personne ayant fait l'expérience d'une conduite inappropriée sur le lieu de travail, les meilleures politiques et les données montrant les progrès réalisés ne sont pas d'un grand réconfort. En effet, un seul cas de personne se sentant diminuée chez Activision Blizzard est un cas de trop.

Au cours des dernières années, Activision Blizzard a pris des mesures de plus en plus fortes, décisives et coordonnées pour renforcer une culture au sein de l'entreprise et des unités opérationnelles individuelles qui reflète la diversité des publics que nous servons, les communautés dans lesquelles nous vivons et opérons avec un engagement pour une conduite professionnelle et respectueuse. Lorsque cela s'est avéré nécessaire, nous avons changé de direction, centralisé des capacités, ajouté de nouveaux outils et du personnel, le tout dans le but de faire évoluer et d'améliorer notre lieu de travail afin d'attirer et de retenir les talents dans un environnement de plus en plus concurrentiel.

Bien que nous ayons fait des progrès significatifs, comme beaucoup de grandes entreprises, nous aurions pu accomplir davantage. Depuis 2018, lorsque nous avons commencé à nous engager de bonne foi à la fois avec la Commission fédérale de l'égalité des chances en matière d'emploi ("EEOC") et le Département californien de l'emploi équitable et du logement ("DFEH"), pour le premier en ce qui concerne les questions liées au lieu de travail, et pour le second, en ce qui concerne l'équité salariale - comme le prévoyaient leurs responsabilités respectives convenues - nous avons fait des progrès significatifs. La société a engagé une équipe de conseillers très diversifiée pour l'aider dans cet effort, allant de cabinets d'avocats à des experts des questions liées au lieu de travail.

Au niveau du conseil d'administration, nous avons également entrepris un examen continu et approfondi pour nous assurer que nous avons pris nos propres décisions, avec l'aide de conseillers externes. Ces conseillers ont été chargés de mener leur propre examen objectif des incidents passés et d'identifier les domaines à améliorer. Il s'agissait d'un examen complet non seulement des cas individuels de harcèlement, mais aussi de nos politiques et procédures dans l'ensemble de la société. Le Conseil et ses conseillers externes ont examiné avec diligence les allégations du DFEH et des médias. Ce travail a consisté à examiner les documents sources (y compris les notes contemporaines des entretiens avec les employés actuels et anciens d'Activision Blizzard, la correspondance et les communications par e-mail) et à mener des entretiens supplémentaires avec les employés actuels et anciens d'Activision Blizzard.

Contrairement à de nombreuses allégations, le conseil d'administration et ses conseillers externes ont déterminé qu'il n'existe aucune preuve suggérant que les cadres supérieurs d'Activision Blizzard aient intentionnellement ignoré ou tenté de minimiser les cas de harcèlement sexuel qui se sont produits et ont été signalés. Ces travaux n'ont pas non plus mis au jour de preuves, directes ou indirectes, suggérant une quelconque tentative de dissimulation d'informations au Conseil par un cadre supérieur ou un employé. Les conseillers externes, après un examen exhaustif, ont également déterminé que la Commission n'a jamais intentionnellement ignoré ou tenté de minimiser les cas de harcèlement sexuel qui se sont produits et ont été signalés. L'examen de la documentation contemporaine et des déclarations des personnes concernées montre que les critiques des médias à l'encontre du conseil d'administration et des dirigeants d'Activision Blizzard, qu'ils considèrent comme insensibles aux problèmes du lieu de travail, sont sans fondement. Les dirigeants d'Activision Blizzard ont réagi en temps utile et avec intégrité et détermination pour améliorer le lieu de travail. Bien qu'il existe quelques cas avérés de harcèlement sexiste, ces circonstances malheureuses ne permettent pas de conclure que les dirigeants d'Activision ou le conseil d'administration étaient conscients du harcèlement sexiste et le toléraient, ou qu'il y a eu un problème systémique de harcèlement, de discrimination ou de représailles.

En plus de ce travail, le conseil d'administration a engagé un ancien président de l'EEOC, Gilbert Casellas. L'EEOC est une agence des États-Unis d'Amérique chargée de l'administration, de l'interprétation et de l'application du titre VII et d'autres lois fédérales contre la discrimination. M. Casellas a été président de l'EEOC de 1994 à 1998, sous l'administration du président William J. Clinton. Après avoir été président de l'EEOC, M. Casellas a occupé le poste de vice-président, responsabilité d'entreprise et responsable de la diversité chez Dell Inc. À ce titre, il a créé une fonction mondiale de diversité, de durabilité et de dons d'entreprise qui englobait des opérations dans plus de 65 pays et près de 100 000 employés. Actuellement, M. Casellas fait partie des conseils de diversité et de consultation de Toyota Motor North America, Comcast Corporation et T-Mobile U.S. M. Casellas est membre du College of Labor and Employment Lawyers et co-éditeur du très réputé traité sur le harcèlement sur le lieu de travail, et est un leader reconnu dans les domaines de l'emploi, de la diversité et de l'inclusion. M. Casellas a été engagé pour effectuer un examen des données provenant des rapports d'enquête recueillis sur le harcèlement sexuel à travers les États-Unis entre le 1er septembre 2016 et le 31 décembre 2021.1 Sur la base de son examen, M. Casellas a conclu qu'il n'y avait pas de harcèlement généralisé, de modèle ou de pratique de harcèlement, ou de harcèlement systémique chez Activision Blizzard ou dans l'une de ses unités commerciales pendant cette période. M. Casellas a également conclu que, sur la base du volume des rapports, le montant de la mauvaise conduite reflétée est comparativement faible pour une société de la taille d'Activision Blizzard.

Parallèlement à cet examen par le Conseil, la direction, sous l'étroite supervision du Conseil, a mis en œuvre une série de réformes et d'améliorations complètes dans l'ensemble de la société, conformément à notre engagement d'élever la société au rang des meilleures pratiques en matière de conformité et d'équité salariale sur le lieu de travail. Activision Blizzard a :

  • Regroupé les groupes d'enquête en une équipe centralisée d'éthique et de conformité, qui est séparée des unités commerciales et d'autres groupes comme les ressources humaines ou les relations avec les employés ;
  • Élargi l'équipe des relations avec les employés pour aligner les résultats des enquêtes sur les actions recommandées et la communication en retour aux employés concernés ;
  • Quadruplé la taille de l'équipe d'éthique et de conformité d'Activision Blizzard depuis juillet 2021 ;
  • Triplé l'investissement dans les ressources de formation contre le harcèlement et la discrimination ;
  • Annoncé le lancement d'une nouvelle politique de tolérance zéro en matière de harcèlement à l'échelle de la Société ;
  • Élargissement du programme "Way2Play Heroes", créé en 2018, qui consiste en des bénévoles qui aident d'autres employés à comprendre leurs options de signalement, qui défendent la prise de parole et qui fournissent des commentaires et des conseils sur la manière de renforcer le programme global d'éthique et de conformité d'Activision Blizzard.
  • Renoncé à l'arbitrage pour les plaintes individuelles de harcèlement sexuel, de discrimination illégale ou de représailles connexes survenant après le 28 octobre 2021 ;
  • Publié l'examen de l'équité salariale aux États-Unis pour 2020 en octobre 2021, constatant qu'après avoir pris en compte les facteurs ayant un impact sur la rémunération comme le rôle, le lieu de travail, l'ancienneté et la classification des postes, les employées gagnent en moyenne environ 1,01 dollar pour chaque dollar gagné par les hommes effectuant un travail comparable ;
  • Publié notre rapport ESG en mai 2022, reflétant que notre Examen mondial de l'équité salariale pour 2021 a révélé qu'après avoir pris en compte les facteurs ayant un impact sur la rémunération comme le rôle, l'emplacement, la permanence et la classification des postes, les femmes et ceux qui ne s'identifient pas comme des hommes gagnent en moyenne 1,00 $ pour chaque dollar gagné par les hommes pour un travail comparable ;
  • Publication des données de représentation en décembre 2021, sur la base des données figurant dans les registres de l'entreprise au 30 novembre 2021 ;
  • Mis en œuvre de nouvelles politiques, notamment une politique globale en matière de drogues et d'alcool pour les événements parrainés par la société et une tolérance zéro pour la consommation d'alcool sur le lieu de travail ;
  • Embauché un directeur principal de l'égalité des chances en matière d'emploi, de l'équité et de la conformité, promu depuis au poste de vice-président de l'intégrité du lieu de travail et de l'EEO, doté d'une expérience pertinente en matière de discrimination sexuelle, de harcèlement et de représailles connexes, pour servir de coordinateur interne de l'EEO et aider la société et le consultant tiers neutre de l'EEO à mettre en œuvre l'accord de la société avec l'EEOC ;
  • Effectué des changements de personnel de haut niveau dans les équipes de direction et de ressources humaines - y compris les nouvelles Chief People Officer Julie Hodges et Chief Diversity, Equity and Inclusion Officer Kristen Hines ;
  • Amélioré la transparence envers les employés en fournissant des mises à jour régulières sur la représentation de la diversité et l'équité salariale ;
  • Investi dans et lancé des outils et des systèmes qui nous permettent de mieux suivre la représentation des femmes et des candidats de l'UEG aux étapes de candidature, d'entretien et d'embauche des processus de recrutement de la société ;
  • Fait des progrès pour s'assurer qu'il y a des listes de candidats diversifiées pour tous les postes ouverts ;
  • Lancé " Upward Feedback ", un processus annuel qui donne aux employés une occasion formelle de partager des commentaires constructifs et exploitables avec leurs responsables par le biais d'une enquête anonyme.

Nous reconnaissons qu'aucune de ces améliorations ne peut changer le passé pour ceux qui ont été victimes d'une conduite inappropriée sur le lieu de travail. Au fil des ans, la société a pris des mesures disciplinaires appropriées et a licencié des employés pour s'assurer que nos pratiques correspondent à nos politiques. Il n'y a tout simplement pas de place chez Activision Blizzard pour quiconque ne met pas en pratique notre valeur d'entreprise consistant à offrir un lieu de travail sûr, inclusif et accueillant qui sert de modèle à notre industrie.

Notre récent règlement avec l'EEOC est déjà disponible pour les employés éligibles pour soumettre des réclamations. La société n'est pas impliquée dans le processus d'examen des réclamations et toutes les décisions sont prises par l'EEOC.

Nous comprenons qu'aller de l'avant implique de régler les problèmes du passé. Le décret de consentement de l'EEOC, avec la transparence, l'amélioration des prestations de santé mentale pour toutes les victimes de harcèlement (quel que soit l'endroit où elles étaient employées lorsque ces événements se sont produits), ainsi que l'indemnisation qu'il prévoit, ne sont qu'une partie de cet effort.

Un autre élément est l'investissement de 250 millions de dollars que nous faisons dans les personnes qui créent notre divertissement de classe mondiale et dont l'objectif commun améliore notre culture. La classe inaugurale de Level Up U axée sur la formation des candidats à des postes d'ingénieurs est sur le point de commencer : au 15 juin 2022, 103 offres ont été acceptées avec un taux de diversité globale de 73 %, dont 45 % de femmes et de personnes non binaires et 40 % de personnes issues de groupes ethniques sous-représentés. Dans l'ensemble de la société, nous nous efforçons d'améliorer la représentation dans chaque unité commerciale. Il s'agit d'un élément fondamental pour l'avenir.

Alors que le conseil d'administration et la direction ont mis en œuvre les mesures ci-dessus pour continuer à améliorer le lieu de travail, il faut dire que la société a fait l'objet d'un barrage incessant de critiques de la part des médias qui tentent de peindre la société entière (et de nombreux employés innocents) avec la tache d'une très petite partie de notre population d'employés qui ont eu un mauvais comportement et ont été disciplinés pour cela. Une grande partie de ces critiques ont pour origine les allégations très incendiaires et faites pour la presse du DFEH. Comme nos conseillers externes l'ont clairement indiqué, le DFEH n'a pas été chargé d'enquêter sur le harcèlement dans le cadre de son accord avec l'EEOC, et il n'a pas non plus mené d'enquête sur les problèmes de harcèlement chez Activision Blizzard. Il n'y a pas eu non plus de constatation, de verdict ou de décision de justice concluant à la véracité des allégations du DFEH. En fait, les efforts de la DFEH pour interférer avec le règlement de l'EEOC, qui a été jugé équitable et raisonnable par un tribunal fédéral, ont été rejetés à six reprises. Cela dit, plutôt que de rejeter ces critiques, le conseil d'administration et la direction ont pris ces allégations au sérieux et, selon des conseillers externes, ont mené une enquête appropriée.

Comme toute organisation qui a employé plus de 25 000 personnes au cours de la dernière décennie, Activision Blizzard peut toujours s'améliorer. Comme l'équipe dirigeante l'a reconnu à plusieurs reprises au cours de l'année écoulée, il y a eu des cas où les normes que nous nous étions fixées n'ont pas été respectées et où des personnes ont été déçues. Mais nous ne sommes pas une entreprise qui ferme les yeux. Nous tirons les leçons de nos expériences pour nous améliorer. Et nous sommes meilleurs, plus forts et encore plus engagés à offrir un lieu de travail exemplaire grâce aux expériences de l'année dernière. Nous ne cesserons jamais d'investir dans notre personnel et nos processus pour nous assurer d'avoir le lieu de travail le plus accueillant, le plus respectueux et le plus inclusif, car c'est le moyen le plus sûr de continuer à attirer et à retenir les personnes les plus talentueuses de notre secteur et de continuer à ravir nos joueurs comme nous le faisons depuis trois décennies.


23 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site JudgeHype : 131.648.197 visites.
© Copyright 1998-2022 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.