Mike Ybarra, responsable de Blizzard depuis août, n'aurait pas encore rencontré les développeurs

Faut-il vraiment lui en vouloir ? Témoignages
JudgeHype | 17/11/2021 à 16h32 - 18

Les annonces du Wall Street Journal ont fait l'effet d'une bombe la nuit dernière. Parmi les conséquences, on note une grève spontanée d'une centaine d'employés qui sont sortis afin de manifester pour le départ de Bobby Kotick, CEO d'Activision Blizzard. Mais ce n'est pas la seule personne dont les oreilles ont sifflé. Nouvelle cible : Mike Ybarra.

Pendant trois mois, Mike Ybarra et Jennifer Oneal étaient co-responsables de Blizzard. Ces derniers jours, on a appris que Jen s'en est allée vers d'autres aventures, laissant Mike seul aux commandes du studio.

Plus récemment, on a appris que Jennifer Oneal s'est plainte d'avoir été harcelée au cours de ses années passées chez Activision. Indiquant ne pas être aussi bien payée que son homologue masculin, elle a perdu confiance dans les dirigeants d'Activision et a donc préféré prendre ses distances.

Mais que vient faire Ybarra dans toute cette histoire ? Et bien dans un tweet publié hier soir, Tracy Kenney, productrice sur Overwatch, indique que malgré trois mois passés à la direction de Blizzard, Mike ne s'est pas encore présenté aux développeurs, mais qu'il trouve par contre le temps de tweeter régulièrement et de faire des runs Mythique+ sur WoW pendant les heures de bureau.

En regardant tout le monde le féliciter pour son incroyable leadership au bout de 3 mois, il n'a même pas rencontré de développeurs une seule fois pour se présenter mais a eu le temps de tweeter quotidiennement et d'exécuter des clés Mythic apparemment pendant les heures de travail est exaspérant.

Tracy Kennedy, productrice sur Overwatch

Si certains estiment qu'il est inconcevable qu'un nouveau responsable ne prenne pas le temps de rencontrer les équipes de développement, d'autres sont plus nuancés. Les tweets d'Ybarra sont en effet relativement rares (36 en un mois et demi, en comptant les RT) et d'après certaines personnes qui auraient analysé les heures de jeu, cela concernerait 4 sessions de jeu en journée lors des 4 derniers mois, le reste ayant été joué en soirée.

D'autres ajoutent qu'aller à la rencontre des équipes est relativement symbolique, et même assez rare de manière générale dans les grandes sociétés composées de centaines, voire de milliers d'employés, et qu'ils préfèrent voir des changements concrets plutôt que de rencontrer leurs directeurs. Certains prennent donc la défense d'Ybarra, arguant du fait qu'il n'est pas sûr que Jennifer Oneal ait rencontré les équipes non plus lorsqu'elle était en charge de la société.

Néanmoins, Ybarra doit aussi faire face à des propos comme ceux de Sol Brennan, Senior Technical Artist chez Unity, qui sous-entend que le départ d'Oneal pourrait aussi être lié aux habitudes de Mike qui n'aimerait pas travailler avec des femmes.

On m'a dit en toute confiance que Mike Ybarra repousse toute femme qui essaie de travailler avec lui et n'a jamais, jamais gardé de femmes dans son équipe et que c'était un fait connu. On dirait que ce n'était pas différent. Voilà pour résoudre les problèmes ActiBlizz.

Sol Brennan 

Je vous passe évidemment les réactions épidermiques de certaines personnes sur Twitter. Tout ceci prouve une nouvelle fois la tension qui règne autour d'Activision Blizzard à l'heure actuelle. S'il semble clair que certains dirigeants ont laissé passer des comportements inacceptables, il est sans doute trop tôt pour intenter un procès à Mike Ybarra et donner le sentiment qu'il est complice de quoique ce soit, ni qu'il gère mal Blizzard depuis son arrivée à la tête de la société. Les enquêtes en cours et l'avenir nous diront s'il s'agissait de la bonne personne pour faire avancer Blizzard.

18 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site JudgeHype : 132.418.927 visites.
© Copyright 1998-2022 JudgeHype SPRL. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur. Politique de confidentialité.