Que penser d'une BlizzCon qui se déroulerait exclusivement en ligne ?

Est-il seulement possible de se passer de l'Anaheim Convention Center ?
JudgeHype | 13/05/2020 à 17h49 - 13

La BlizzCon est un événement fantastique pour toute personne qui s'y rend la première fois. La seconde aussi d'ailleurs. Et même après plus de dix visites, comme c'est le cas de votre serviteur, on a dû mal à ne pas être excité en franchissant les portes de l'Anaheim Convention Center. La fête devait se poursuivre cette année mais suite à la pandémie de Covid-19, Blizzard se pose sans aucun doute de nombreuses questions. Faut-il maintenir la BlizzCon, la supprimer ou proposer un événement en ligne ?


Dire adieu à ce qui fait le sel d'une BlizzCon

Les dizaines de milliers de personnes qui parcourent les allées du salon viennent bien évidemment pour les annonces prévues par les développeurs, mais surtout pour l'ambiance et les activités exclusivement disponibles quand on est sur place.

La cérémonie d'ouverture, toujours très attendue, possède une saveur particulière quand le public hurle de joie après la vision d'une cinématique ou d'un jeu. La BlizzCon permet aussi, et ce n'est pas rien, de jouer aux démos des titres annoncés. Si Blizzard peut bien évidemment proposer une démo via le client, comme ce fût fait pour WoW Classic, il est peu probable que nous puissions jouer à Overwatch 2, Diablo IV ou tout autre titre qui débarquerait par surprise.

Si c'est techniquement faisable, Blizzard aurait plusieurs raisons de ne pas le faire. Tout d'abord, il y a l'uniformisation de l'expérience. En effet, tous les PC de la BlizzCon sont identiques et très performants. Jouer à une pré-alpha, même peaufinée pour un salon, sur un PC qui a 5 ans peut engendrer pas mal d'instabilités et de plantages. Or, Blizzard souhaite tout de même laisser une bonne impression avec ce type de démo. De plus, les développeurs peuvent discuter avec les joueurs et voir, en vrai, ce qu'ils aiment ou n'apprécient que moyennement dans le jeu. Enfin, il ne faut pas mettre de côté le fait que les développeurs n'ont probablement pas envie de voir le datamining se servir dans les fichiers d'un jeu qui est très loin d'en être à sa version finale. Passer par le streaming, avec par exemple Google Stadia, est une possibilité pour résoudre certains des problèmes énoncés, mais Blizzard veut-il en arriver là ?

Une BlizzCon IRL, c'est aussi plein de petites activités comme la boutique de produits dérivés, les séances de dédicaces ou la Foire de Sombrelune, un haut lieu dédié à la communauté des joueurs. On y trouve des tables pour discuter avec d'autres joueurs ou pour s'échanger des pin's.

Si la BlizzCon devait avoir lieu en ligne, Blizzard devrait aussi mettre de côté tous les stands un peu originaux, comme le très surprenant Diablo IV Experience de l'année dernière.


Le cas des conférences

En ce qui concerne les conférences, la problématique est différente. Il est tout à fait possible, pour les développeurs, d'effectuer des conférences en studio devant les possesseurs du Billet Virtuel, puis de répondre à leurs questions dans un Q&A. Alors certes, ce serait avec l'ambiance en moins, et les rires seraient absents lors de leurs petites blagues, mais le principal serait là, à savoir plein de détails sur les jeux et mises à jour à venir.

Par contre, la diffusion des conférences se ferait peut-être dans un ordre différent. On sait que le Billet Virtuel permet de suivre la majorité des conférences, mais pas toute. Certaines, qui se déroulent en petit comité dans des salles annexes, ne sont pas filmées. Les annonces majeures n'y ont pas lieu, mais elles n'en sont pas moins intéressantes. Je pense par exemples aux Lightning Talks de Diablo III lors de la BlizzCon 2016.

Il ne faut en effet pas oublier que chaque visiteur ne vient pas pour l'intégralité du catalogue de Blizzard. Certains fans de WoW n'en ont rien à faire de Diablo et Hearthstone. Ils viennent passer deux jours pour apprendre un maximum de choses sur World of Warcraft, et y rencontrer les développeurs. Blizzard devrait donc allouer du temps à ces conférences moins importantes, ou carrément les mettre de côté pour 2020.


Vaut-il mieux vivre une demi-BlizzCon que pas de BlizzCon ?

J'ai abordé plusieurs sujets dans mon article, mais il en existe d'autres. Je pense par exemple à l'eSport qui perdrait là une formidable vitrine. Offrir aux meilleurs joueurs de WoW, Hearthstone ou Overwatch est une formidable opportunité pour eux, et permet de donner une véritable aura à cet aspect des jeux. Tenir l'intégralité des finales en ligne serait forcément dommage.

La fameuse soirée du vendredi, avec le concours de cosplay notamment, ne pourrait évidemment pas se tenir offline. La communauté ayant une place de choix à ce moment, elle disparaîtrait presque entièrement d'une BlizzCon en mode online.

D'un point de vue plus personnel, la BlizzCon me permet aussi de poser vos questions aux développeurs, au travers nos interviews et autres conférences de presse. Si Blizzard peut organiser des interviews via le web pour contrebalancer cela, il est évident que ça se fera à une plus petite échelle, avec moins d'opportunités.

Cependant, la santé des dizaines de milliers de visiteurs, mais aussi celle des développeurs et organisateurs, est primordiale et Blizzard ne prendra aucun risque. Bien que novembre semble encore lointain, de nombreuses décisions pour la BlizzCon se prennent aujourd'hui même.

Qu'à cela ne tienne. Je préfère de loin une BlizzCon Online, même amputée d'une bonne partie de son expérience, à l'absence de BlizzCon. Et vous ?

13 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site JudgeHype : 115.814.346 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.